Travaux des classes satellites Magny-sur-Tille

Séance n°1, lundi 9 mai matin classe de Mme Couderc GS CP

Pour la première séance, je retrouve les élèves dans la classe pour faire connaissance et leur expliquer pourquoi je suis là. Les enfants me disent très vite, oui c’est pour les oiseaux !

Super, alors que pouvez-vous me dire sur les oiseaux ? Ils ont des plumes ; un bec ; ils volent ; ils ont deux pattes ; ils chantent ; ils pondent des œufs ; ils boivent ; ils mangent. Très bien, vous connaissez déjà les oiseaux, mais au fait pourquoi chantent-ils ? Pour attirer une femelle, oui d’accord, mais qui attirent les femelles ? C’est les mâles ! répondent-ils en cœur ; je précise qu’il chante également pour marquer leur territoire.

L’institutrice a déjà bien abordé ce thème des oiseaux, ce qui permet de continuer et surtout de permettre aux enfants d’apprendre à écouter et observer en fonction des saisons.

Je leur distribue les carnets nature sur lesquels ils pourront dessiner les espèces observées ce lundi 9 mai. La date nous donne toujours la saison, à quelle heure ce lève et se couche le soleil, les températures, ce qui va nous permettre de vérifier si on est bien au printemps. Je leur dis que nous allons partir à l’étang pour faire l’inventaire des oiseaux entendu et vu, ce qui permet aussi de commencer à parler des sédentaires et des migrateurs.

Les élèves tiennent à me montrer un couple de tourterelle turque qui niche dans le hall de l’école, c’est une chance pour eux de pouvoir suivre une observation d’aussi près. En traversant la Tille, on aperçoit un héron cendré les pieds dans l’eau, guettant les poissons qu’il peut tenter d’attraper.

Arrivé sur le site, je demande aux enfants de s’asseoir dans la prairie à côté de l’étang pour faire une écoute des chants oiseaux. Je demande à chacun de fermer les yeux et de repérer combien de chants d’oiseaux différents ils entendent ; quatre, ce qui est exact : le merle noir, la mésange charbonnière, la fauvette à tête noire et le rossignol.

Nous nous posons ensuite au bord de l’étang pour faire une initiation aux jumelles, il y a un couple de cols vert et nous entendons le chant des grenouilles. L’occasion d’expliquer que c’est aussi la saison des amours des grenouilles. Nous apercevons aussi des hirondelles qui captent les insectes en volant, c’est donc bien le printemps !

Séance n°1 lundi 9 juin après-midi classe de Mme Chanez Faure CE1-CE2

Thème : les oiseaux

Animé par Karine Mauve.

Je me présente aux élèves dans la classe afin de leur expliquer ma présence aujourd’hui et l’objectif de notre sortie sur l’observation des oiseaux.

Je leur propose que nous fassions un inventaire des oiseaux ce lundi 9 mai après-midi en leur distribuant un carnet nature dans lequel ils pourront noter et dessiner les observations.

Le lundi 9 mai nous donne un indice, c’est le printemps, les températures remontent, les arbres ont des feuilles et surtout les oiseaux chantent. Mais pourquoi ? C’est la saison des amours, les mâles marquent leur territoire en chantant, mais chantent aussi pour attirer une femelle ;

Nous allons donc apprendre à écouter et reconnaître le chant de certains, il faudra donc être attentif et silencieux.

Nous faisons un premier point d’écoute dans la prairie du site à côté de l’étang, on distingue une fauvette a tête noire, un merle noir. Pour initier les enfants,, je leur demande de fermer les yeux et de se concentrer sur un seul chant, de lever le doigt quand ils l’entendent, de le baisser quand il s’arrête ; je répète l’opération plusieurs fois. C’est une bonne manière de commencer à reconnaître différents chants. Nous apercevons dans le ciel un faucon crécerelle, je leur explique que ce petit rapace fait un vol stationnaire pour observer ses proies et les capturer. Je leur montre avec un livre des photos d’oiseaux.

Ensuite on se rend devant l’étang pour apprendre à observer à la jumelle tout en continuant d’écouter. Nous apercevons quelques martinets noirs, je leur dis que cet oiseau est exceptionnel, il vient d’Afrique et ne se pose jamais au sol ; il boit, il mange, il se reproduit, il dort, en vol.

Grâce aux carnets les enfants ont pu noter les observations et pourront travailler sur les espèces observées jusqu’à la prochaine séance.

vol. Je leur donne des petits guides sur les insectes pour les identifier, mais aussi pour les dessiner ; on aperçoit aussi une poule d’eau qui reste assez discrète par rapport au col-vert qui s’approche plus facilement et remonte le courant grâce à leurs pattes palmées, d’ailleurs le mâle commence sa mue, c’est-à-dire que son plumage nuptial disparaît, il devient beaucoup plus terne maintenant que l’accouplement a eu lieu. Il va donc muer, c’est à dire changer de plumage pour l’hiver et revêtira son plumage nuptial à la prochaine saison des amours. Nous apercevons aussi des poissons dans l’eau, j’avoue ne pas savoir les identifier, mais c à n’empêche pas d’en parler et de faire remarquer qu’ils vont dans le sens inverse du courant pour se nourrir ; on observe aussi les plantes comme la renoncule d’eau, le saule pleureur et le saule argenté ; nous apercevons aussi l’hirondelle des fenêtres qui chassent les insectes au-dessus de l’eau

Je propose ensuite aux enfants de dessiner ce magnifique tableau à l’aide des guides, mais aussi en les aidant, ils m’épatent dans leur manière d’investir les carnets et la volonté de bien dessiner.

Séance n°2 jeudi 16 juin au matin Classe de Mme Couderc GSection-CP

Animé par Karine Mauve.

Pour la dernière séance je retrouve les élèves en classe, ils sont contents et moi aussi d’ailleurs. Il fait déjà très chaud et il est préférable de ne pas aller sur le site, car cela demande une bonne traversée sous le soleil, on décide donc de rester au plus de près de l’école, dans le lavoir à l’ombre. Un endroit idéal pour observer sans déranger, assis tranquillement par terre avec les carnets, les jumelles, et les livres. Comme un tableau vivant ouvert sur la Tille, nous pouvons donc fraîchement observer le merle qui vient s’abreuver au bord de l’eau, l’occasion de leur expliquer l’importance de ces ressources en eau pour les animaux en général ; la star du moment est sans aucun la demoiselle bleue, cousine de la libellule, plus petite avec les repliée sur le dos à l’inverse de la libellule qui se pose avec les ailes déployées ; je leur explique que cet insecte se nourrit lui-même d’insecte qu’il chasse en vol. Je leur donne des petits guides sur les insectes pour les identifier, mais aussi pour les dessiner ; on aperçoit aussi une poule d’eau qui reste assez discrète par rapport au col-vert qui s’approche plus facilement et remonte le courant grâce à leurs pattes palmées, d’ailleurs le mâle commence sa mue, c’est-à-dire que son plumage nuptial disparaît, il devient beaucoup plus terne maintenant que l’accouplement a eu lieu. Il va donc muer, c’est à dire changer de plumage pour l’hiver et revêtira son plumage nuptial à la prochaine saison des amours. Nous apercevons aussi des poissons dans l’eau, j’avoue ne pas savoir les identifier, mais c à n’empêche pas d’en parler et de faire remarquer qu’ils vont dans le sens inverse du courant pour se nourrir ; on observe aussi les plantes comme la renoncule d’eau, le saule pleureur et le saule argenté ; nous apercevons aussi l’hirondelle des fenêtres qui chassent les insectes au-dessus de l’eau

Je propose ensuite aux enfants de dessiner ce magnifique tableau à l’aide des guides, mais aussi en les aidant, ils m’épatent dans leur manière d’investir les carnets et la volonté de bien dessiner.

Séance n°2 jeudi 16 juin après-midi Classe de Mme Chanez-faure CE1-CE2

Animé par Karine Mauve

Je retrouve les élèves dans la classe pour faire un rappel de ce que nous avions pu observer à la première séance du 9 mai et des changements au 16 juin.

On constate ensemble que le lever du soleil et coucher du soleil changent, il fait très chaud cet après-midi, on aperçoit plus d’insectes : d’ailleurs c’est quoi un insecte ? Est-ce un animal ? Certains répondent oui, certains répondent non.

Je décide donc de faire un point sur la classification des êtres vivants sous une forme simple et pédagogique d’un tableau nommé : système VACHES : V pour végétation, A pour animaux, C pour climat, H pour homme, ES pour eau et sol. Ce tableau permet, après un inventaire nature lors d’une sortie, de classer les êtres vivants comme végétaux, animaux, champignons et non vivant comme eau, sol, roche, etc.…

Ce tableau amuse beaucoup les enfants et ils sont complètement capables de l’investir à partir d’une première sortie. C’est ainsi que je leur rappelle qu’on distingue chez les animaux, les vertébrés et les invertébrés et que les insectes font partie de la classe des invertébrés.

Avec la chaleur, je leur propose de faire la sortie dans la fraîcheur du lavoir avec comme tableau la Tille. Je demande aux élèves de s’installer assis dos au mur, pour avoir le même panorama. Le lavoir offre une vraie condition d’observation, sans déranger pour autant les animaux, et permettant à la fois d’aborder plusieurs thèmes : les insectes comme les libellules et les agrions, les poissons, les canards et les poules d’eau ainsi que d’autres oiseaux qui viennent s’abreuver au bord de la rivière tel le merle noir, la corneille. On aperçoit aussi les hirondelles de cheminées qui chassent les insectes au-dessus de l’eau ; on aborde l’adaptation des plantes aquatiques, comme la renoncule d’eau, le saule blanc et le saule pleureur ; le vocabulaire de rivière : berges, méandre, amont, aval, zonation, granulométrie.

Je propose aux élèves après une observation collective de faire deux groupes, un groupe observation aux jumelles et l’autre à la recherche des petites bêtes du côté du lavoir avec petites boites loupes et guides pour pouvoir les identifier. Ils alternent au bout de 30 min.

L’observation avec les jumelles est vraiment un grand moment de découverte et de nouvelle expérience vécue par les enfants, ainsi que la recherche des petites bêtes.

Après ces deux instants d’observation, nous reprenons un temps collectif toujours à la fraîcheur du lavoir, pour à la fois faire les dessins correspondant aux observations ainsi qu’un inventaire. Je trouve ce moment assez précieux, il permet si besoin, d’aider les élèves et d’apprécier individuellement leur représentation souvent surprenante manifestant une volonté de bien faire. De vraies perles, ces carnets !!