Travaux de la classe référente Montchapet

Animateur référent : Sébastien Appert

Séance 1, Vendredi 17 septembre 2021, matin

Première séance et premier contact avec les enfants. Sébastien a présenté le projet des Aires terrestres éducatives puis nous discuté de ce qu’était la biodiversité. Nous avons travaillé avec le jeu de cartes Biodiversité créé par latitude21. Il s’agissait de classer les différents êtres vivants par famille, mais également de se rendre compte de la diversité des espèces que nous pourrions potentiellement trouver sur le terrain. Nous avons regardé sur Google map, les sites potentiels autour de l’école, il n’y en a pas beaucoup c’est pourquoi nous avons décidé d’aller explorer la combe aux fées à Talant et les charmes d’Aran à Fontaines-lès-Dijon. Cela implique de se déplacer en bus donc un parcours d’une vingtaine de minutes.

Séance 2, Mercredi 29 septembre 2021, matin

Première sortie à la recherche d’un terrain, nous avons noté sur le carnet que Sébastien nous a offert nos observations. Le site de la Combe aux fées est à 20 minutes en bus. Nous avons beaucoup marché, observé, écouté, la combe est constituée de milieux différents, carrières abandonnées, plateaux calcaires, sous-bois, près, et vergers, vignes, c’est très grand et si nous choisissons ce site, il faudra délimiter une partie. Nous avons noté nos observations et notre ressenti dans nos carnets d’exploration. Nous avons observé un arbre creux qui semblait écartelé en deux. Voir article ICI

Séance 3, Mardi 5 octobre 2021, matin

Deuxième sortie sur le second site derrière Fontaines-lès-Dijon. Promenade très variée bois, prairie, parcelles cultivées, bosquets, mais beaucoup d’endroits non accessibles, car privés ou cultivés ; nous avons goûté des prunelles sauvages. Après en avoir discuté, nous avons voté pour le site de la combe aux fées pour notre ATE.

Séance 4, Vendredi 22 octobre 2021, matin

Aujourd’hui nous avons assisté à un spectacle particulier avec Heiko, un comédien qui nous a fait découvrir le terrain à travers des cadres rouges. C’était très drôle et poétique.

Séance 5, Jeudi 25 novembre 2021, matin

Retour à la combe aux fées. Nous avons lu le panneau d’entrée et nous nous sommes aperçus que le site était géré par le conservatoire des sites bourguignons, Sébastien nous a dit qu’il allait leur demander de venir nous expliquer ce qu’il faisait sur ce site pour protéger la biodiversité et peut-être nous donner des idées ; avec des loupes nous avons observé les lichens et trois élèves se sont mis dans un coin plus calme pour observer les oiseaux.

Séance 6, Jeudi 2 décembre 2021, matin

Comme il pleuvait, nous sommes restés en classe. Nous avons fait une révision de ce que nous avions déjà fait et appris. Sébastien nous a parlé de l’arbre avec des projections d’une exposition qu’il avait faite sur ce sujet et qui part de questions. Même en heure et demie, nous n’avons fait que la moitié du travail, on fera le reste une autre fois. Puis nous avons fait un jeu pour apprendre le chant de certains oiseaux, Sébastien nous a fait écouter les chants puis nous devions bien écouter et essayer de les reconnaître.

Séance 7, Jeudi 3 février 2022, matin

Aujourd’hui nous avons eu la visite de Régis Desbrosses, fondateur et membre du Conservatoire des sites Bourguignons. En effet, nous nous étions aperçus que cette association gérait la combe aux fées qui est par ailleurs un espace naturel sensible. Nous avions préparé plein de questions pour lui. À l’arrivée sur le site, nous avons constaté que les noisetiers à l’entrée avaient été coupés à 40 cm du sol environ. Avec Régis, nous avons observé les chatons et les fleurs femelles d’un noisetier qui avait échappé à la coupe. Régis nous a expliqué ce qui était fait pour préserver la richesse de ce site (pâturage pour éviter la conquête de l’espace par les arbres, chemins bien tracés pour éviter la fréquentation de certains espaces fragiles…) Nous avons fait plusieurs observations fort intéressantes avec l’aide de Régis et nous espérons qu’il pourra revenir avec nous au printemps. Nous allons étudier un document du conservatoire des sites Bourguignons qui explique le site de la combe aux fées.

Régis Desbrosses en pleine explication

Séance 8, Mardi 1er mars, matin

Grand soleil pour cette sortie, le printemps arrive. Nous avons organisé plusieurs groupes d’observation : l’un, muni de jumelles, était chargé d’observer les oiseaux sur le site, les enfants se sont éloignés dans un lieu isolé, car malgré des consignes répétées de faire le moins de bruit possible, il y a encore des marges de progression. Deux groupes ont eu comme consignes de délimiter une surface au sol à l’aide de fil de laine et d’observer tout ce que cette surface nous offrait à voir. Le dernier groupe était chargé d’identifier si possible des arbres et de mesurer leur hauteur à l’aide d’une croix de bûcheron. Bien sûr, chacun devait observer ce que la nature lui offrait. La matinée fut riche d’observations et de questionnements, car nous n’avons pas toujours réussi à identifier les plantes ou les escargots. Nous avons trouvé huit coquilles différentes qu’il nous faudra identifier. Mais également de drôles de tubes, très petits au milieu de la mousse : organes de reproduction ? De lichens ? Nous avons vu plusieurs insectes et identifié le cornouiller sauvage déjà en fleurs (avant les feuilles d’ailleurs). Nous avons noté plein de choses, de questions et nous attendons avec impatience la sortie des orchidées qui sont en abondance sur le terrain. La prochaine fois, nous allons essayer de partir la journée entière avec un pique-nique sur le site à midi de manière à disposer de plus de temps pour continuer nos recherches.

Coquilles d’escargot récoltées sur le site
Etrange lichen, sans doute de la famille des Cladonia, à vérifier auprès d’un spécialiste

Séance 9, mardi 12 avril, matin

Encore un beau soleil pour cette sortie sur le terrain. Nous avons commencé par observer des rejets sur les noisetiers qui avaient été coupés à l’entrée du site et donc parlé des bourgeons dormants et de cette capacité des arbres a parfois reprendre vie alors qu’on aurait pu les croire définitivement morts.

Rapidement, nous avons fait plusieurs groupes comme nous en avons maintenant l’habitude : Un groupe oiseau avec l’observation d’une mésange à tête noire, de mésanges charbonnières, de pies, de pigeons ramiers, de merles dans le lierre et d’un oiseau qui n’a pas pu être identifié car trop furtif.

Un groupe insecte qui s’est initié à la technique du parapluie japonais : balanin des noisettes, un beau papillon avec de l’orange sur les ailes supérieures et identifié comme étant un Anthocharis candamines de la famille des Piérides et c’est un mâle, car seuls les mâles ont cette couleur orange, un Cercopis vulnerata (famille des cercopes) qui a fait un bond prodigieux malgré sa petite taille.

Un groupe sur les plantes et autres curiosités avec beaucoup d’escargots repérés. Potentille printanière, géranium des Pyrénées, euphorbe petit-cyprès, muscari…

Nous avons trouvé une petite pancarte par terre très mystérieuse : à quoi sert-elle ? Il est indiqué un site internet qui s’avère celui d’un vendeur d’instruments de mesure en tout genre mais pas lié au moineau. Après enquête, il s’agit d’une balise pour les courses d’orientation donc c’est une activité pratiquée sur notre site.

Ensuite, chaque enfant s’est trouvé un coin et a dessiné avec application l’objet ou l’être vivant de son choix pendant une bonne demi-heure. Ces exercices de dessin sont très utiles pour apprendre à dessiner ce que l’on voit et non ce que l’on imagine et beaucoup de dessins ont demandé plusieurs reprises. Nous continuerons cet exercice qui (normalement) est un moment de calme et de contemplation. Et puis, retour en classe. Le temps de trajet est une frustration et la prochaine fois si le temps le permet, nous partons pour la journée avec bien sûr le défi d’un pique-nique zéro déchet.

Séance 10, Conseil d’enfants élargi du mardi 3 mai 2022

Constitué de représentants de chaque classe impliquée et de la classe référente au complet. Pour l’instant, les conseils d’enfants n’avaient concerné que la classe référente et s’étaient inscrits dans le cours d’une séance.

Le but du conseil d’enfants élargi était de recueillir le ressenti de chaque classe ainsi que les premières idées d’action. En premier lieu, nous avons essayé de définir ce que pourrait être un débat démocratique et nous avons défini plusieurs points :

  • la possibilité pour chaque élève le souhaitant d’exprimer son point de vue en toute liberté et avec une véritable écoute de tous les élèves
  • une fois chaque avis argumenté parfois par plusieurs élèves en pour comme en contre, le vote établi la décision ou l’avis retenu, mais dans le strict respect des votes minoritaires.

Puis nous avons écouté les représentants des classes satellites qui nous ont fait part de leurs observations et de leur ressenti. Plusieurs élèves des classes satellites sont en CM1 et nous espérons qu’ils seront l’année prochaine dans la classe référente afin de passer le relais. Nous avons constaté que certaines classes avaient abordé des sujets que nous n’avions pas abordés avec la classe référente. À chaque fois, nous avons posé la question des points que les élèves avaient aimés et ceux qu’ils n’avaient pas aimé ce qui nous a permis d’identifier des pistes d’actions :

  • Sur le site il y a des traces de feux et des bris de verre sans doute conséquence d’une fréquentation festive du lieu. Les solutions entrevues : mettre des panneaux afin de signifier que ces pratiques n’étaient pas permises, placer des poubelles sur le site (débat sur la pertinence d’une telle action) et faire faire des contrôles par des gardes forestiers ou des agents municipaux.
  • Plusieurs classes ont appris que les plantes grasses situées en bas de la carrière ne supportaient pas trop les piétinements. La solution : créer un chemin en platelage surélevé afin de guider les promeneurs et de les canaliser.
  • Le site est trop loin et le temps de parcours trop long. Solutions : déplacer l’école à côté du site, mais c’est une solution trop coûteuse et puis ce sera l’école qui sera trop loin du quartier. Autre solution : passer la journée sur le site pour mieux en profiter. Pourquoi pas y passer deux jours en dormant sur place. Pour cela, aménager des cabanes, mais est-ce possible ?

Beaucoup d’enfants ont participé très activement aux débats, parfois avec enthousiasme. Nous avons voté pour donner un nom à l’ATE. Plusieurs propositions : chtit fleur, l’anneau de la biodiversité… Le titre qui a été choisi à l’unanimité a été : les fées nature, l’effet nature.

Puis les enfants se sont exprimés sur les points sur lesquels ils aimeraient intensifier le travail. Deux propositions ont été faites : travailler plus sur les animaux, comment ils vivent, ce qu’ils ont besoin… travailler à partir des plantes, car elles ne bougent pas et sont donc plus faciles à observer. En plus, elles sont en relation avec plein d’autres êtres vivants : champignons, oiseaux, insectes, mammifères…

Une majorité a voté pour étudier plus spécifiquement les animaux, mais l’étude des plantes a remporté pas mal de suffrages. Nous ferons sûrement deux groupes d’étude.

Au bout de deux heures, nous avons clos les débats et remercié les représentants des autres classes.

Séance 11, Jeudi 12 mai, matin et pique-nique jusqu’à 14h

Aujourd’hui grande journée car nous allons pique niquer sur le site et donc y rester plus longtemps que d’habitude. Comme il faisait déjà chaud en arrivant, nous avons commencé par nous mettre par groupes thématiques : oiseaux, plantes et insectes. Deux personnes sont venues de Lusigny sur Ouche où elles aimeraient bien faire des ATE, elles ont pu encadrer un groupe. Plusieurs groupes ont pu écouté longuement un rossignol chanter, il a un chant très spécial composé de strophes très variées en timbre et en rythme. Côté insecte : nous avons observé un Timarque Crache-sang, un Cantharis rustica, un papillon Azuré, un papillon Citron mâle et un Aurore mâle… Pour les plantes, il y a plein d’orchis bouc sur le site ce qui fait que parfois ça ne sent pas très bon sur le chemin. Nous avons observé les gousses de l’Hellébore fétide avec ses petites graines à l’intérieur.

Graines d’Hellébore fétide

Nous avons constaté deux choses qui devraient être corrigé pour préserver la biodiversité : du camping sauvage avec des tentes entourées de déchets ce qui est interdit de faire.

Camping sauvage sur le site de l’ATE

Et beaucoup de jeunes qui courraient dans les éboulis en faisant une course d’orientation d’où la balise découverte la dernière fois. Ils venaient du collège St Michel et nous allons peut-être écrire à l’organisateur de ces courses pour lui dire de ne pas mettre de balise dans les éboulis car cela peut détruire certaines plantes rares.

Puis nous nous sommes assis sur l’herbe pour écouter des élèves lire un texte sur le rossignol à partir d’un livre sur le comportement des oiseaux. Sébastien nous a ensuite parlé des insectes. Il avait amené des grandes photos pour illustrer son propos. Midi approchant nous avons été sur un espace plus ombragé car sur le carreau de la carrière, il n’y a pas beaucoup d’ombres. C’est donc sur une belle pelouse pleine de pâquerettes et à l’ombre de cerisiers que nous avons mangé. Nous avons ensuite répéter une chorégraphie que nous travaillons à l’école puis on a continué sur les insectes. Pour finir, nous avons fait des dessins d’observation puis nous sommes rentrés à pied à l’école.

thumbnail de l'article