Aires terrestres éducatives

Body

 

Présentation des Aires Terrestres Éducatives

     

    Il s'agit de mobiliser les élèves d'une classe de 3ème cycle pour mener un travail autour de la biodiversité sur une aire proche de l'école. S'il est indispensable d'identifier une classe référente, il est tout à fait possible d'associer d'autres classes de l'école. L'objectif est que les enfants développent les compétences du programme scolaire tout en découvrant leur territoire et ses acteurs

     

    Un label Aire terrestre éducative a été créé pour reconnaître et mettre en valeur la qualité des projets. Il permet aussi de bénéficier d’un accompagnement et de mutualiser les expériences nationales et internationales en mettant en contact les enseignants et les élèves de différentes régions.

     

    Objectifs

     

    • Connaître : acquisition de connaissances scientifiques, empiriques et civiques sur le patrimoine naturel et culturel du territoire

    • Vivre : découverte de son territoire et de ses acteurs

    • Transmettre : transmission des savoirs et gestion d’un patrimoine commun préservé

     

    Les acteurs du projet

     

    • la classe référente et les classes associées.

    • un référent : dans notre cas, ce sera Latitude21 et plus précisément Odile Guétin, animatrice environnement de l'équipe. Avec l'aide de nos partenaires naturalistes elle apporte le contenu technique environnemental, accompagne les élèves, coordonne les interventions et anime le dispositif.

    • une zone de proximité où il y a de la biodiversité à protéger, à développer ou à reconquérir

     

      Le rôle pédagogique du projet ATE ?

         

        Une ATE à un but pédagogique. L’enseignant pourra s’appuyer sur cet espace pour différentes matières : français, géographie, sciences, mathématiques, arts, éducation morale et civique, etc. Ainsi, le projet est efficace pour travailler en transversal et faire du lien avec le programme scolaire à travers différents domaines :

         

        • La démarche d’investigation

        • L’éducation au développement durable

        • Les approches transversales

        • Les langages pour penser et communiquer

        • La formation de la personne et du citoyen / l’enseignement moral et civique

        • Les systèmes naturels et les systèmes techniques

        • Les représentations du monde et l'activité humaine.

        Les étapes du développement d’une ATE

         

        Avant la rentrée : prise de contact avec le binôme et d’autres partenaires, les premières réflexions sur le déroulé du projet. Suite à la rentrée, les « premiers pas » sont les premières séances dédiées au projet, ce sont les premiers échanges, les sorties pour choisir le site, etc. On arrive ensuite au cœur du projet : la gestion du site par les enfants pour préserver la biodiversité de la manière la plus pertinente possible. La gestion du site se décline sous plusieurs actions :

          • L’étude du site

          • Choisir des objectifs pour la préservation du site

          • Choisir les actions et leur évaluation

         

          L'opération doit se dérouler au minimum sur deux ans. Latitude21 accompagne l’école dans le projet en apportant le contenu technique environnemental.

           

          Le lien avec les partenaires du projet

          Le référent éducation au développement durable de l’Éducation nationale

          Dans notre cas, il s'agit de madame Sandrine Esquirol-Paquerot, référente pour Latitude21. Elle fait le lien entre la volonté de l’enseignant de mener ce projet, les compétences du référent, les besoins du programme scolaire et les autres enseignants engagés dans la démarche. Elle peut appuyer l’enseignant dans l’apport de contenu pédagogique et de méthodes de participation active des élèves.

           

          La commune peut soutenir votre candidature, vos actions, votre recherche de terrain. Ce lien avec la mairie est essentiel pour le dossier de labellisation.

           

          Organiser le « conseil des enfants» qui gère l’ATE

           

          Pour que les élèves puissent prendre des décisions, ils ont besoin d’échanger, de débattre, de voter. Le conseil des enfants va donner un cadre à ces échanges : il s’agit d’un lieu de prise de décision participative où tous les élèves pourront s’exprimer. Cette organisation permet d’expérimenter la démocratie et la gestion collective d’un bien commun. Le conseil des enfants se réunit aussi souvent que nécessaire pour mener le projet ATE. Il va déterminer la zone à protéger, envoyer la demande de mise à disposition du site au propriétaire foncier, définir les objectifs de préservation de la biodiversité du site, etc.

           

          Le conseil élargi

           

          Le conseil élargi regroupe les 3 principaux acteurs du projet (les élèves, l’enseignent et le référent) et les personnes extérieures au projet qui ont été invitées. Il est organisé à la demande des élèves lorsqu’ils souhaitent partager leurs réflexions et leurs idées avec des acteurs extérieurs qui pourront les aider. Ainsi les conseils élargis ont lieu lorsque les élèves ont atteint un certain degré de maturité sur leur aire terrestre éducative, souvent à partir de mars/avril.

           

          Étape 1 : L’étude du site et de son territoire

           

          L’état des lieux concerne à la fois une étude de l’aire terrestre éducative et de son territoire. Cette étape permet aux élèves d’établir un portrait de leur ATE et de comprendre les pressions qui l’influencent. Lors de l’état des lieux, les élèves vont étudier la faune et la flore : leurs besoins et leurs menaces, leurs proies et leurs prédateurs. Ils vont également étudier les habitats, le patrimoine culturel et les activités humaines présents sur le site.

           

          Étude du territoire de l’aire terrestre éducative

           

          Cette étape est essentielle car l’ATE est connectée à d’autres éléments du paysage qui l’influencent (bois, bocage, rivière, chemin, route, etc.). Cela est d’autant plus important que les principales menaces qui pèsent sur la biodiversité sont généralement visibles à l’extérieur du périmètre de l’espace naturel de l’ATE. Par exemple, cela peut être l'artificialisation du sol, la fragmentation des habitats, la pollution de l’eau, du sol, et/ou de l’air par différentes sources : habitations, industries, agriculture, transports, etc.

           

          Cette étude du site et de son territoire permet de dresser un portrait complet du site à un instant T. Celui-ci est réalisé à travers des sorties sur le terrain et des temps en classe qui permettront de répondre, entre autres, aux questions suivantes :

           

          • Quelles sont les espèces présentes ? En quelle abondance ? Quels sont leurs besoins et à quoi sont-elles sensibles ?

          • Les observations faites sont-elles normales ou sont-elles caractéristiques d’une atteinte de l’environnement ? Observe-t-on des indices d’appauvrissement de la biodiversité de l’ATE ?

          • Quel est le patrimoine historique et culturel du site ?

          • Quelle est la situation du site ? Est-il connecté à d’autres milieux naturels ou au contraire isolé par des routes et/ou des constructions ? Est-il un lieu de vie pour certaines espèces ? Lesquelles ? Permet-il à sa biodiversité de s’alimenter, se reproduire, se déplacer sans contraintes ?

          • Quelles activités humaines à l’intérieur et extérieur du site menacent les espèces observées ?

             

          Intervention de spécialistes :

           

          L’enseignant et le référent ne peuvent pas être les seuls garants du contenu technique. Latitude21 fera donc appel à des spécialistes pouvant aider en apportant des éléments de fond et de compréhension (cartes, informations spécifiques, etc.).

           

          La synthèse de l’état des lieux

           

          Objectif : faciliter la transition entre l’état des lieux et le choix des objectifs à atteindre pour la biodiversité de l’ATE. Cette étape permet de faire un bilan des observations et de mettre en évidence les enjeux et problématiques environnementales du site.

           

           

          Étape 2 : Définir les objectifs pour l’ATE

           

          Objectif : à partir de la synthèse de l’état des lieux et de l’identification des problématiques, les élèves vont identifier différents objectifs à atteindre pour préserver ou développer la biodiversité de l’ATE.

           

          Étape 3 : Définir des actions concrètes et réalisables

           

          Objectif : identifier des actions concrètes et réalisables qui répondent à l’objectif pour la biodiversité

           

          Mise en œuvre : après avoir défini un objectif, les questions qui se posent naturellement sont : Comment atteindre cet objectif ? Qu’est ce qui nous empêcherait de l’atteindre ? Durant une ou plusieurs séances de réflexion en classe et/ou sur le site, les élèves vont identifier collectivement une ou des actions qui pourraient être mises en place pour répondre à cet objectif. Ces actions peuvent être de différentes natures : connaissances, sensibilisation, gestion.

           

          Exemple :

          Objectif choisi : restaurer la continuité écologique entre l’ATE et des éléments naturels voisins afin de permettre à certaines espèces d’accomplir leur cycle de vie.

          Actions possibles :

          • Action de connaissances : interroger des gestionnaires experts du sujet sur des actions de restauration de la continuité écologique déjà réalisées dans d’autres cas

          • Action de sensibilisation : présenter aux élus communaux l’intérêt de la continuité écologique pour que cet aspect soit pris en compte lors des prises de décisions à l’échelle de la commune

          • Action de gestion : plantation de haie pour connecter l’ATE à un autre bois afin de favoriser les déplacements des animaux.

           

          Il n’est pas obligatoire de réaliser une action la première année, le calendrier de l’année ne le permet parfois pas. Le projet peut s’arrêter au choix des objectifs pour obtenir le label.