Le roc, le sable et l'eau

Exposition
Dates de l'événement
11 septembre 2020 au 15 novembre 2020
Corps

Artiste plasticien, Alain Plésiat est passionné de matières brutes qu’il met en scène dans des compositions respectueuses de l’identité première des matériaux utilisés,  minéraux naturels et métal oxydé. L’exposition présentée à Latitude21 se veut une expérience immersive mélangeant oeuvres plastiques, photographies et une bande sonore originale composée à partir de captations de sons naturels et d’un piano. A découvrir oreilles et yeux grands ouverts. 
Vernissage le 11 septembre à 18h30 sous réserve d'autorisation de la préfecture

Si vous présentez des symptômes évocateurs du Covid 19, merci de ne pas participer à cet événement. 

Montage sonore : Alain Plésiat, Yannick Hervé de l'Artdam, 

Au piano : Coline Mayot

 

Alain Plésiat, la fascination au naturel

Artiste plasticien, Alain Plésiat est passionné de matières brutes, qu’il met en scène dans des compositions respectueuses de l’identité première des matériaux utilisés : minéraux naturels et métal oxydé.

Les matières naturelles occupent une place centrale dans votre art.

Je dirais même que nous sommes inséparables... L'année dernière, j'ai sorti un livre de mémoire sur les plus belles matières naturelles que j'ai pu photographier dans le monde entier depuis 40 ans. Cette passion du naturel ne date pas d'hier, elle est en moi depuis toujours ! Je suis fasciné par la beauté et l'infinie richesse de cette matière naturelle, essentiellement la partie minérale (roche et sable), mais aussi l'eau et certaines formes du bois (bois flotté, racines...). J'ai une attitude très contemplative, ce côté-là me rend très japonais. Car il faut bien avouer que les cultures asiatiques sont bien plus contemplatives que l’Europe ou l'Amérique.

Quelle est la « nature » de votre réflexion, si j'ose dire ?

La vraie question, c'est : « Qu'est-ce qu'on ressent et pourquoi cette émotion palpable quand on contemple une belle pierre, du sable d'une certaine couleur ou texture ? » J'ai trouvé la réponse chez un auteur qui s'appelle Yves Le Fur. Son ouvrage porte sur l'émotion, la fascination même, que l'on peut ressentir pour les matières naturelles. Il a essayé d'analyser cet attrait pour les pierres dans les cultures du monde entier, car de nombreuses personnes collectionnent les pierres pour ce qu'elles sont (texture, couleur...) ou ce qu'elles évoquent. À un moment, Le Fur écrit même : « Tu refermes ta main sur une pierre et tu l'ouvres sur une œuvre d'art. ». Quelle phrase magique !

De quand date cet attrait des humains pour les matières naturelles ?

C'est un sentiment très ancien, comme le prouve par exemple le site préhistorique d'Arcy-sur-Cure : les archéologues ont découvert que 40 000 ans avant notre ère, nos ancêtres collectionnaient déjà des pierres ! Fascinant, non ? D'habitude, ils prenaient un caillou pour le tailler en pointe de flèche. Mais là, ces pierres n'ont jamais été travaillées, nos ancêtres les ont gardées telles quelles, pour leur beauté.

Dans l'Antiquité, cette fascination pour certaines pierres naturelles – je ne parle pas de pierres précieuses, ni de bijoux, mais celles qui sont dans la nature – a perduré. Je suis convaincu que notre fascination pour certaines matières naturelles (sable, pierres notamment) vient du fait qu'elles nous mettent en résonance avec les critères fondamentaux de la beauté, de l'esthétisme, sans que nous sachions forcément l'expliquer : ce sont des choses qui sont ancrées depuis des temps immémoriaux.

Pouvez-vous nous parler du processus de création de vos œuvres ?

Les matières naturelles nourrissent littéralement ma création artistique. Elles m'inspirent dans mes créations, d'ailleurs tous mes tableaux sont réalisés à partir de matières naturelles. Petit à petit, j'ai même réuni une collection d'échantillons, issus du monde entier, qui me servent en termes de référence artistique, et inspirent mes créations. D'ailleurs, je vais en exposer une partie à Latitude21 dans un présentoir : différentes sortes de sables, de beaux minéraux, etc. Je précise que nous sommes bien dans la poésie et non dans la science. C'est tout l'état d'esprit de mon livre « Le roc, le sable et l'eau, œuvres d'art naturelles », qui constitue le prolongement logique de la projection vidéo. Il donne bien sûr toutes les références où sont pris les clichés (Amérique, Asie...), afin que le public s'y retrouve.

 

 

Image de l'exposition