Mohamed Hakoun la mémoire vivante de Chefchaouen (Maroc) du 24 novembre au 14 décembre

Dates de l'exposition: 
24/11/2016 - 14/12/2016
Mohamed Hakoun la mémoire vivante de Chefchaouen (Maroc) du 24 novembre au 14 décembre

PROLONGATION JUSQU'AU 23 DÉCEMBRE

Dans le cadre des nuits d'Orient, exposition-vente d’aquarelles
du peintre Mohamed Hakoun, sur sa ville natale ChefChaouen, ville située dans le Rif Occidental, au nord du Maroc.

A travers ses toiles Mohamed Hakoun nous transmet l’amour inconditionnel qu’il porte pour sa ville natale et qui l’habite depuis sa plus tendre enfance, l’anime au quotidien et le pousse à transposer instinctivement sur ses toiles aux couleurs chatoyantes, l’authenticité des paysages et des visages de l’Eden du rif.

Concert le samedi 26 novembre à 20H au Théâtre des Feuillants de Al Andalus, Rythmes de la mémoire d'Orient et d'Occident avec Samira Kadiri et les musiciens des conservatoires de ChefChaouen et de Chenôve.

L’Espagne musulmane au XVème Siècle, ou « Al Andalus » est un pôle culturel important dans l’Europe médiévale, où les traditions musicales des cultures occidentales, arabes et juives coexistent dans un enrichissement mutuel.

A l’image du quotidien de ces artistes vivants à Grenade, rythmés d’échanges culturels et musicaux, ce concert métisse les célèbres Cantigas de Santa Maria et le répertoire de la renaissance française avec les rythmes de l’Andalousie. Il revisite les ballades et romances séfarades, en mêlant les sonorités d’instruments modernes et arabes.

Entre tradition et modernité, Samira Kadiri sera accompagnée par un ensemble de musiciens d’horizons musicaux divers (arabo-andalou, classique, jazz). Cet échange est aussi une aventure humaine et pédagogique pour les artistes musiciens et les 20 élèves marocains et français des conservatoires de Chefchaouen et Chenove qui donneront leurs voix à ce concert.

Cette création sera donnée pour la 1ère fois à Dijon et à Chenôve et voyagera en avril 2017 au Maroc contribuant ainsi à faire connaitre le festival les nuits d’Orient en dehors de la Bourgogne et à créer des liens entre musiciens de la Bourgogne et de Chefchaoun.